Un logiciel de caisse certifié NF 525

Depuis la loi de finance de 2018, les commerces informatisés - et donc les salons de coiffures et de beauté - sont dans l'obligation d'utiliser un logiciel aux normes avec l'article 88 de la loi dite « anti-fraude à la TVA ».
Dès le premier jour, Wavy X, le logiciel Wavy, est certifié NF525 par Infocert et Afnor afin d'être sûr que vous soyez en règle.

Qu’est-ce qu’un logiciel de caisse certifié ?

La certification NF525 a été créée dans le but d'éviter les fraudes à la TVA des commerces. Elle reprends différents principes auxquels les éditeurs de logiciels tels que Wavy doivent se soumettre.

L’inaltérabilité

Afin de ne pas être en mesure de modifier d'encaissement à postériori, la certification NF525 pour les logiciels de caisse coiffure et beauté s'assure que les données enregistrées ne peuvent pas être modifiées. Vous pouvez évidemment faire une erreur et modifier un ticket. Cependant Wavy enregistrera les modifications. 
En résumé, Wavy garde une trace de tout ce qu'il se passe sur l'application.

La sécurisation

Ces données sont propres à votre salon et sont donc confidentielles. Wavy s'assure de la sécurité des données afin que seuls les personnes mandatées par l'états puisse y avoir accès. Pas de fuites de données possible. Tout est en sécurité. 

La conservation

Les données sont stockées sur nos serveurs et sont accessibles sur demande par un contrôleur. 
Vous n'avez besoin de vous occuper de rien. 

Comment savoir que mon logiciel de caisse est certifié ?

Pour être sur d'avoir un logiciel de caisse certifié, il suffit de demander à l'éditeur de vous fournir une attestation de conformité. 
Vous pouvez également trouver la liste des logiciels conforme sur le site de l'Afnor. 
Et pour Wavy X ? Il est disponible en cliquant ci dessous. 

Vous êtes prêt à commencer ?

Nos conseils pour
gérer votre salon de coiffure

Les prestations les plus rentables pour votre institut

Par Aurélie Pauker
March 5, 2020

Les prestations les plus rentables pour votre institut

Par Aurélie Pauker
January 9, 2020